Scene 1
Cleveland - cimetière

July assiste à l'enterrement de Phyllis et y retrouve Ross. RJ est également présent, collé à sa grand-mère Doris, tous deux sont en larmes. La cérémonie touche à sa fin.


JULY : - Merci d'être venu malgré votre divorce.
ROSS : - Je le devais pour R.J
JULY : - Comment il va ?
ROSS : - Toujours sous le choc mais je suis là à présent, et je vais l'aider du mieux que je le pourrai.
On voit, au loin, RJ dans les bras de sa grand-mère Doris.
RJ : - Pourquoi elle est partie ma môman ?
DORIS : - Ta maman avait encore des problèmes, mon chéri, mais je suis sure que d'où elle est, elle veille sur toi. Et nous sommes tous ici pour lui dire un dernier au-revoir, tu comprends ?
RJ : - Oui. Mais est-ce que ça veut dire qu'elle m'aimait plus ?
DORIS : - Non ! Bien sur que non ! Ta maman t'aimait plus que tout.
RJ : - Alors pourquoi elle m'a laissé, hein ?
Doris ne sait que répondre à son petit-fils visiblement perturbé par le choc.
July prend place à côté du prêtre pour dire un dernier adieu à son amie, Phyllis.
JULY : - La dernière fois que nous nous sommes parlées, tu m'as donné rendez-vous au Bella'Notte, un resto italien que tu aimais bien. Hier, j'y suis allée. Seule. Tu n'étais pas à mes côtés pour partager ces énormes tranches de pizza dont nous nous goinffrions toutes les deux ou avec RJ quand on l'emmenait avec nous. Je n'arrive pas à me résoudre à te dire au-revoir ! (elle fond en larmes) Tu étais bien plus que ma meilleure amie, tu étais une soeur pour moi ! Je ne t'oublierai jamais.
July jette de la terre sur le cercueil de Phyllis qu'on enterre. C'est maintenant Doris qui prend place pour son discours.
DORIS : - Ma p'tite fille, cette situation n'est pas très logique. C'est moi qui devait partir avant toi, pas le contraire. Je ne sais pas trop ce qui me donne la force de tenir sans toi à mes côtés. Je me sens vide, et je n'arrête pas de me demander si j'ai vraiment été à la hauteur, je n'ai pas su voir ce qui n'allait pas en toi pour que t'en arrives à commettre l'irréparable.
Doris n'arrive pas à terminer son discours, elle s'effondre en sanglots, July la prend dans ses bras, les invités sont invités à jeter de la terre pour couvrir le cercueil. RJ est en larmes dans les bras de Ross. Après son passage, July vient vers Ross.
JULY : - Il faudrait que je te parle Ross. RJ, va voir ta grand-mère.
RJ va dans les bras de sa grand-mère, permettant à July de s'entretenir avec Ross.
JULY : - Je sais que ce n'est ni l'endroit, ni le moment, mais je ne voyais pas d'autre occasion de t'en parler car je sais que tu repars pour Los Angeles juste après l'enterrement.
ROSS : - Qu'est-ce qu'il y a ?
JULY : - J'ai de très fortes raisons de penser que Phyllis ne s'est pas suicidée.
ROSS : - Voyez-vous ça ! Et qu'est-ce qui te fait dire ça ?
JULY : - Je suis intimement convaincue que Phyllis a été assassinée. Je ne sais pas par qui, ni pourquoi, mais il y a trop de choses qui ne coïncident pas.
ROSS : - Par exemple ?
JULY : - Phyllis n'avait plus aucune idée suicidaire, elle me l'avait elle-même dit, tout allait pour le mieux !!
ROSS : - Allons, ça ne prouve rien. Tu sais aussi bien que moi que les plus suicidaires des suicidaires disent toujopurs que tout va pour le mieux.
JULY : - Il n'y a pas que ça ! J'ai relevé sur le mur de sa chambre des traces de peinture fraîche.
ROSS : - (ne comprenant pas) Et alors ???
JULY : - Est-ce que tu crois vraiment que Phyllis aurait fait de la peinture juste avant de se tuer ??? Et juste à un endroit précis de sa chambre comme s'il y avait un trou ? J'ai pensé que ça pouvait être un impact de balle, mais la police a refusé de l'entendre !
ROSS : - Ecoute, July, tu es bien gentille, mais je n'ai pas que ça à faire. Suis un psy, je crois que ça t'aidera. Tu as du mal à t'en remettre, c'est normal, Phyllis et toi étiez meilleures amies.
JULY : - Tu ne me crois pas ???
ROSS : - Je n'ai pas le temps, désolé. Je dois accompagner RJ à l'aéroport, je l'envoie à Los Angeles, il sera bien entouré là-bas. Kimberly saurra prendre soin de lui.
Ross écourte la conversation et quitte l'enterrement avec RJ.


SAISON 11 - EPISODE 10
UNE CONFERENCE AU SOMMET
And the Oscar goes to...
diffusion originale : 12/04/2003 - episode # 301 (#73)
Monica Williams WenworthDr. Michael ManciniLucas JacksonDr. Kimberly Shaw HarperKyle McBrideMiranda MartinezAmanda Woodward BurnsLexi SterlingJames WenworthCameron WilliamsMegan LewisEve ClearyPamela Jennings ManciniDr. Peter BurnsRoss Harper

 

Avec la participation de

BARBARA BABCOCK  dans le rôle de  Doris Patrick

AUSTIN MAJORS  dans le rôle de  R.J Harper

JULIAN MacMAHON  dans le rôle de  Leo

COSTAS MANDYLOR  dans le rôle de  Rohan

JOHN HAYMES NEWTON  dans le rôle de  Ryan McBride

Avec la participation exceptionnelle de

Scene 2
Venice House

Peter se réveille dans l'après-midi après avoir fêté sa victoire à la mairie la veille. Il est à présent le nouveau maire de la ville. C'est sans compter sur Caitlin qui lui passe un coup de téléphone...

PETER : - (grincheux) Allô ?
CAITLIN : - Alors mon chéri, est-ce que ta première nuit en tant que maire s'est bien passée ? Je suis sure qu'elle aurait été inoubliable si tu l'avais partagée avec moi !
PETER : - Inoubliable en cauchemars, surement.
CAITLIN : - Je t'appelle pour te prévenir que nous avons un rendez-vous avec Monsieur Takigawa, un industriel nord-coréen qui a quelques idées à nous soumettre, je suis sure que vous allez bien vous entendre.
PETER : - Si c'est encore pour des pots de vin, tu sais où tu peux te les mettre !
CAITLIN : - Ne sois pas aussi vulgaire et aussi sévère avec moi, et fais moi confiance un peu !
PETER : - Te faire confiance ?? Je ne suis pas encore tombé sur la tête ! Bien que si tu continues dans cette voie, c'est possible que je devienne dingo !
CAITLIN : - Demain à midi trente à ton bureau. Ne sois pas en retard, sinon je devrai me fâcher.
Elle raccroche. Amanda le rejoint dans la chambre.
AMANDA : - Qui était-ce ?
PETER : - C'était Caitlin.
AMANDA : - Tu crois qu'on arrivera bientôt à s'en débarasser ?
PETER : - J'ai bien l'impression que sa fin est proche...

Scene 3
Sterling-Woodward, bureau de Lexi

De son bureau, Lexi contacte tous les clients de James ainsi que la presse
nationale, les médias etc...

LEXI : - Allô bonjour, ici Lexi Sterling à l'appareil. Oui de la Sterling-Woodward effectivement. Je vous appelle pour vous prévenir qu'une avant-première d'un film publicitaire-évènement va avoir lieu au Los Angeles Bowl demain soir à 21 heures. Evidemment, en tant que client vous etes conviés à ce grand évènement. J'espère vous y retrouver. (...) Super ! Je note votre participation alors ? (...) Excellent, au revoir Monsieur Harling.
Elle raccroche tout sourire.
LEXI : - Et un de plus ! Les trois-quarts des clients de James ont répondu oui à mon invitation. Sans compter les médias et la presse nationale !
On découvre alors qu'elle parle avec... Cameron.
CAMERON : - Très bien, plus il y aura de monde, plus l'impact sera grand.
LEXI : - Quand je leur dit qu'il s'agit de la projection de la publicité du nouveau millénaire, ils sont tous intrigués et finissent par accepter. Même des anciens clients que j'avais avant ! On va faire le coup du siècle.
Lexi s'approche de Cameron et l'embrasse langoureusement. Cameron la repousse.

CAMERON : - Non. On doit arrêter.
LEXI : - Arrêter ? Tu rigoles, ça ne fait que commencer !
CAMERON : - Je parle de nous. Nous ne devons plus jamais coucher ensemble. Et même nous éviter.
LEXI : - Allons, bientôt on pourra nous montrer ensemble sans que personne puisse nous faire quoi que ce soit !
CAMERON : - Je suis amoureux, Lexi.
LEXI : - De moi j'espère !
CAMERON : - Non. D'Eve Cleary.
LEXI : - (horrifiée) Oh pitié, dis-moi que c'est une blague. Pas cette foldingo !
CAMERON : - Je t'assure, je ne pensais pas pouvoir tomber réellement amoureux un jour, surtout d'une femme, mais j'ai eu un véritable coup de foudre pour elle. Je ne veux pas que notre plan contre Monica et James ne vienne gâcher ce que je vis avec elle. Tu comprends ?
LEXI : - Non !
CAMERON : - J'ai remplit ma part du marché. J'ai fait ce qu'il fallait pour te permettre de te venger de James, et moi de Monica. Maintenant, je te laisse terminer toute seule. Je ne veux pas qu'on sache que j'ai été mêmé à toute cette histoire, t'entends ?
LEXI : - Alors tu me quittes, c'est ça ? Alors que c'est moi qui t'ai permit de venir à Los Angeles ? Tu oublies ce qu'on a vécu tous les deux ?
CAMERON : - Ecoute, c'est vrai que te retrouver après toutes ces années ça m'a vraiment fait du bien. On couchait ensemble au lycée, à Cleveland; on a recouché ensemble dès mon retour au pays... c'était génial, c'est vrai, tu es toujours aussi spelndide, mais soyons honnête l'un envers l'autre nous ne sommes pas faits l'un pour l'autre. On est complices dans notre envie de vengeance, ce qui nous rapproche, on est attirés physiquement l'un par l'autre, mais il n'y a pas d'amour.
LEXI : - J'ai l'impression d'entendre quelqu'un d'autre. C'est toi qui parle d'amour ??
CAMERON : - Oui. J'ai envie d'aimer quelqu'un sincèrement à présent, et je pense qu'Eve est celle que j'attendais.
LEXI : - Et les hommes dans tout ça ? Tu les oublies ?
CAMERON : - Les hommes, c'est du passé. J'ai 28 ans, j'ai passé l'âge de m'amuser et de coucher avec n'importe qui. Il est grand temps de me ranger et de tirer un trait sur ce passé-là.
LEXI : - Est-ce que tu viendras à la projection ?
CAMERON : - Non, il vaut mieux pas qu'on me voit.

--- Suite de l'épisode ---
--- page 2 ---



© Copyright 2002-2003 Matheson Entertainment. Tous droits réservés.