SAISON 11 - EPISODE 8
LA NUIT LA PLUS LONGUE
All Night Long
Countdown 23:37/06:15
diffusion originale : 01/02/2003 - episode # 299 (#71)

Monica Williams WenworthDr. Michael ManciniLucas JacksonDr. Kimberly Shaw HarperAmanda Woodward BurnsLexi SterlingJames WenworthCameron WilliamsMegan LewisEve ClearyPamela Jennings ManciniDr. Peter BurnsRoss Harper

 

Avec la participation de

SHANNEN DOHERTY  dans le rôle de  Phyllis Harper

JENNIFER FINNIGAN  dans le rôle de  Judith

RICK ROSSOVITCH  dans le rôle du  Dr Erbert

Avec la participation exceptionnelle de

 

23h37
Cleveland - chambre de Phyllis

Kimberly braque son revolver sur Phyllis qui, apeurée, lui demande ce qu'elle veut.


PHYLLIS : - Qu'est-ce que vous faites avec cette arme ??? Posez-ça tout de suite et je ferai comme si rien ne s'était passé !
KIMBERLY : - Oh mais ne vous en faites pas, rien ne se sera rien passé après mon passage...
Phyllis commence à se lever du lit mais Kimberly pointe son arme sur sa tempe.
KIMBERLY : - Où comptez-vous aller comme ça, ma chère ?
PHYLLIS : - Je vais de ce pas appeler la police, vous etes une malade !
KIMBERLY : - Tu tu tu tu tu !!! Vous restez sur votre lit, Phyllis.
PHYLLIS : - Allez-vous enfin me dire ce que vous voulez ?
KIMBERLY : - C'est très simple ce que je veux, c'est RJ !
PHYLLIS : - RJ ??? Mon fils ??? Vous etes complètement malade ma parole ! Vous n'aurez jamais mon fils !
KIMBERLY : - C'est ce qu'on verra !
PHYLLIS : - Où est Ross ? C'est lui qui vous a demandé de venir, n'est-ce pas ?
KIMBERLY : - Non, si vous voulez tout savoir, Ross ne sait pas que je suis ici, il me croit de garde à l'hôpital. Mais si je fais ça, c'est pour lui. Je veux qu'il retrouve l'amour de son fils, que vous tentez éperdument d'éloigner de lui ! C'est injuste et je suis ici pour réparer cette injustice.
PHYLLIS : - Vous délirez complètement, je vous en prie, c'est ridicule, retrouvez votre esprit enfin, vous ne pouvez pas me menacer comme ça. Pensez à RJ, il a besoin de sa mère !!
KIMBERLY : - Oh mais il aura sa mère auprès de lui, ne vous en faites pas.
PHYLLIS : - Comment ça ?
KIMBERLY : - Il m'aura moi, sa mère, à ses côtés. Je le réconforterai lors de votre enterrement, c'est moi qu'il prendra dans ses bras en vous pleurant...et je serai là pour lui sécher ses larmes.
PHYLLIS : - Vous êtes infâme !
Kimberly charge son revolver
PHYLLIS : - Si vous faites ça, la police saurra immédiatement que c'est un meurtre, ils ne tarderont pas à découvrir que c'est vous qui m'avez assassinée et vous passerez le restant de vos jours en prison.
KIMBERLY : - Oh mais je ne compte vous assassiner, Phyllis.
PHYLLIS : - Je ne vous suis plus là...
Kimberly jette alors un immense sachet remplit de pillules en tout genres sur le lit de Phyllis.
KIMBERLY : - Vous allez vous tuer vous-même !
Phyllis reste sous le choc.

23h46
Venice House

Peter et Amanda rentrent chez eux après le concert de Mariah Carey au Melrose
Night et entendent un vacarme épouvantable provenant de chez eux, avec de la musique techno à fond.

AMANDA : - Mais qu'est-ce que c'est que ce boucan ???
PETER : - Je crois bien que ça vient de chez nous, chérie.
Amanda et Peter rentrent à l'intérieur et découvrent la musique à fond, et des tas de jeunes en train de faire une fiesta d'enfer, l'alcool à gogo, leur salon dévasté.
PETER : - (tentant de se faire entendre) Judith ??? Judith, éteignez cette musique tout de suite !!!
Mais la musique, assourdissante, couvre totalement la voix de Peter, alors Amanda, de rage, retire la prise de la chaîne hi-fi, plongeant la maison dans un silence apaisant. Les jeunes la huent.
AMANDA : - Allez allez, la fête est finie, tout le monde dehors !
Judith arrive vers eux.
JUDITH : - Je suis vraiment désolée, Madame Burns.
AMANDA : - (folle de colère) Vous etes désolée ??? On vous faisait confiance, vous étiez payée pour surveiller les jumeaux, pas pour organiser une beuverie dans notre maison !
Soudain, les bébés à l'étage se mettent à hurler.
AMANDA : - Et vous allez laissé les jumeaux sans surveillance ??? Depuis combien de temps ?
Amanda n'attend pas de réponse et monte immédiatement à l'étage.
PETER : - Judith, vous comprendrez aisément que nous ne vous paieront pas...
JUDITH : - Bien sûr, Monsieur Burns.
Les jeunes ont du mal à partir, ils veulent squatter.
PETER : - Si vous ne quittez pas ma maison tout de suite, je préviens la police et vos parents et je vous fais jeter dehors par la peau des fesses !
Les jeunes gens quittent alors la maison, en saluant Judith pour la teuf gâchée.
PETER : - Rentrez chez vous maintenant et ne comptez pas sur nous pour vous servir de référence, j'appelerai votre mère dès demain matin pour l'avertir de ce qui s'est passé ici ce soir. Vous reviendrez demain à 8h pour nettoyer tout ce
fourbis !
Judith quitte la maison sans un mot, honteuse. Peter monte les escaliers, Amanda donne à manger aux jumeaux.
AMANDA : - Ils étaient en train de mourir de faim ! Je me demande ce qui serait arrivé si nous étions rentrés plus tard...
PETER : - Je suis désolé, on m'avait conseillé d'engager Judith, je pensais qu'on pouvait lui faire confiance.
AMANDA : - Ce n'est pas de ta faute, il faut juste que l'on trouve une personne de confiance pour nous aider.
PETER : - Je te fais la promesse de nous trouver la perle rare, d'accord ?
AMANDA : - Je l'espère, Peter, je l'espère.
 
 

23h54
Cleveland - chambre de Phyllis

Kimberly ordonne à Phyllis d'avaler toutes les pillules en la menaçant d'une amre qu'elle braque sur elle.


PHYLLIS : - Il est hors de question que j'avale ça, pauvre folle !
KIMBERLY : - Oh mais vous n'avez pas le choix, je vous le rappelle. N'oubliez pas que c'est moi qui pointe une arme sur vous, très chère.
PHYLLIS : - Alors allez-y, tirez, si c'est ce que vous voulez. Il y aura du sang partout, vous serez inculpée de meurtre...
KIMBERLY : - Je préfèrerai que vous vous suicidiez vous-même, ça me poserait moins de problème c'est sûr. Mais s'il le faut, j'appuierai sur la détente, il faudra juste que je fasse croire à un cambriolage, ça me prendra simplement un peu plus de temps, mais le résultat sera le même. Sauf que vous ne voulez pas que RJ vous découvre avec une balle dans le crâne, n'est-ce pas ? A ce sujet, où est-il ?
PHYLLIS : - Ne comptez pas sur moi pour vous le dire.
KIMBERLY : - Il n'est pas là, j'imagine qu'il doit dormir chez un copain ou chez sa grand-mère...
PHYLLIS : - Ross serait fou de colère s'il savait ce que vous faites.
KIMBERLY : - Au contraire, je crois qu'il me remercierait !
PHYLLIS : - Vous ne le connaissez pas comme moi je le connais. D'ailleurs, ça m'étonne de lui qu'il vous ai épousé. Vous n'etes pas du tout son genre.
Phyllis réussit à la destabiliser un peu alors elle continue.
KIMBERLY : - Que voulez-vous dire par là ?
PHYLLIS : - Eh ben, c'est simple, je connais très bien les goûts de Ross en matière de femmes, ils les aime assez sophistiquées, jeunes, ses maîtresses avaient toutes la vingtaine...
KIMBERLY : - Ses maîtresses ?
PHYLLIS : - Ross n'a jamais été quelqu'un de fidèle. Il vous a caché ça, n'est-ce pas ? Oh vous ne tarderez pas à le savoir. Quand nous étions mariés, il prétextait toujours une "mission" alors qu'il allait retrouver ses maîtresses. C'est ce qui a détruit notre couple d'ailleurs.
KIMBERLY : - Ross est amoureux de moi, il m'a sauvé la vie. Jamais il n'irait voir ailleurs.
PHYLLIS : - Oui, c'est aussi ce que je disais au début. Et puis j'ai fini par me faire une raison.
KIMBERLY : - Vous et moi, c'est différent. Il n'y a qu'à vous regarder pour comprendre le besoin qu'il a du avoir d'aller voir d'autres femmes ! Et puis cessez de me parler, avalez ces pillules !
PHYLLIS : - Personne ne croira à un suicide.
KIMBERLY : - Ah oui ?? Qui pensez-vous que les gens croiront le plus ? Une femme respectable comme moi, qui est médecin dans un hôpital ou bien une dépressive suicidaire de votre espèce qui vit aux crochets de l'Etat ?
PHYLLIS : - La plus malade des deux, c'est vous !
KIMBERLY : - Prenez le verre d'eau qui se trouve à côté de vous et avalez ces médicaments !
PHYLLIS : - (la défiant) Jamais de la vie !
KIMBERLY : - Vous ne me laissez pas d'autre choix alors...
Kimberly installe le silencieux sur son revolver sous les yeux terrifiés de Phyllis.
PHYLLIS : - Vous ne le ferez pas !
KIMBERLY : - Vous ne m'en croyez pas capable ? Vous me connaissez très mal alors car lorsque je veux quelque chose, en général, je l'obtiens toujours !
Kimberly tire exprès juste à côté du visage de Phyllis, la balle s'incruste dans le mur non loin du visage de la jeune femme, horrifiée.
KIMBERLY : - La prochaine balle sera entre les deux yeux, Phyllis !

--- Suite de l'épisode ---
--- page 2 ---



© Copyright 2002-2003 Matheson Entertainment. Tous droits réservés.